Réveil en douceur

/

13 juin 2016

Comprendre les phases du cycle de sommeil

Publié par

Bien dormir, c’est important. Entre le travail, la famille ou encore les amis, tout individu doit être prêt chaque matin à relever tous les défis de la journée avant de pouvoir, le soir, retrouver son ami le plus fidèle : son lit.

Malheureusement, tout le monde ne trouve pas forcément le sommeil rapidement. Les troubles du sommeil trustent d’ailleurs le top des maladies les plus désagréables ces dernières années.

Cela étant, pour bien dormir, il est aussi intéressant de savoir ce qu’il se passe lorsque la fatigue se fait sentir et que votre corps réclame de toute urgence votre matelas en latex.

Les phases du cycle de sommeil

Pour commencer, il faut savoir qu’un cycle de sommeil se divise en quatre phases :

  • L’endormissement,
  • Le sommeil lent léger,
  • Le sommeil lent profond,
  • Le sommeil très profond.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un cycle de sommeil ne dure pas toute la nuit. Notre nuit est en réalité une succession de cycles de sommeil, entre quatre à sept selon les personnes, qui sont entrecoupés de sommeil paradoxal et de phase de intermédiaire.

Cycle de sommeil

La phase d’endormissement

C’est dans cette phase que vous donnez généralement, et involontairement, un coup à votre conjoint ou conjointe. En effet, à moins d’avoir un matelas 180×200 et donc de très grande taille, la contraction des muscles peut créer de petits spasmes.

Dans la même veine, c’est aussi à ce moment ou l’on peut ressentir cette sensation désagréable de tomber dans le vide.

Le sommeil lent léger

Après donc la phase d’endormissement vient la première réelle phase de sommeil. Le sommeil lent léger représente la moitié du temps de votre sommeil.

Vous êtes dans un état de sommeil qui peut très vite être cassé par une lumière, un bruit venant de l’extérieur, un téléphone qui sonne ou encore votre conjoint qui vous rejoint pour se coucher. Phase la plus longue d’un cycle de sommeil, elle est aussi la plus fragile.

Le calme absolu étant très difficile à trouver, il peut être utile d’utiliser de subterfuges pour minimiser les risques de réveil comme des boules quies ou un masque de sommeil. Ce n’est pas forcement le plus glamour mais par moment, il faut savoir viser l’efficacité.

Le sommeil lent profond et très profond

Pour ces deux dernières phases, que l’on combine généralement en une seule, l’individu récupère de la fatigue accumulée pendant toute sa journée. Il est donc profondément endormi et donc très difficile à réveiller.

Comme dans une bulle, isolé du monde, c’est à ce moment que le cerveau ralenti, le rythme cardiaque diminue, la température du corps baisse et que nos muscles se détendent totalement.

Le sommeil paradoxal

C’est le début de la phase de transition entre deux cycles de sommeil. L’individu oscille donc entre la phase de sommeil très profond et une phase éveillée.

Le rythme cardiaque peut donc connaitre des changements, la respiration peut être saccadée mais cette phase est surtout symbolisée par un phénomène : Le rêve. De fait, on ne fait pas qu’un seul et unique rêve par nuit, on en fait généralement plusieurs.

S’il est difficile de se rappeler de l’ensemble de ses rêves, c’est dans cette phase qu’ils sont les plus aboutis. D’ailleurs, pour les personnes qui le souhaitent, il existe des méthodes pour se rappeler de ses rêves.

Cette phase terminée, une phase intermédiaire se profile pendant un temps avant de repartir dans un nouveau cycle de sommeil. C’est à ce moment que l’on peut émerger quelques instants, le temps peut être de regarder son réveil et d’effectuer un calcul mental très difficile (sur le moment) pour connaitre le temps qu’il reste avant de se lever de son matelas, avant de se rendormir.

La régulation du sommeil

Pour terminer, et maintenant que vous savez de quoi est fait notre nuit, il est important de savoir qu’il existe deux types de régulation de sommeil. C’est à dire, deux processus qui favorisent l’envie de dormir.

La régulation homéostatique qui indique à votre corps le besoin de dormir en fonction du manque ou de la privation d’heures de sommeil. Pour faire simple, si vous ne dormez pas assez, votre corps va réclamer une pause.

La régulation circadienne, ou de votre horloge interne, qui augmente la pression de sommeil entre 1h et 5h du matin pour faire comprendre à votre corps qu’il faut aussi se reposer. Il est à noter que cette pression est relativement importante de 14h à 16h, soit après avoir mangé.

Malheureusement, tout le monde n’a pas de matelas à mémoire de forme au sein de son entreprise. Et pour la sieste au travail, ce n’est pas encore pour tout de suite…

Commentaires
  • confort maison says:

    Excellent article pour comprendre comment le sommeil fonctionne et les différentes phases de celui-ci. Je vais dorénavant eviter pas mal d’erreurs et être plus productif.

  • Bulica says:

    surmatela latex 140 larger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *