La sieste au travail

/

4 avril 2015

Et si on faisait la sieste au travail ?

Publié par

Il est parfois difficile de travailler quand vous avez passé une nuit mouvementée. Le manque de sommeil peut engendrer une mauvaise humeur qui plombe l’ambiance à votre bureau. Plutôt que d’attendre la prochaine nuit, la sieste peut être une bonne solution pour récupérer un peu d’énergie. La sieste est aussi un moyen de lutter contre la somnolence qui embrasse certains d’entre nous après le déjeuner. Il n’est pas rare que certaines personnes s’endorment ou sont sur le point de s’endormir lors de réunion du début d’après-midi. Surtout si leur déjeuner a été copieux, voire arrosé de quelques verres de vins. Ce qui facilite grandement la somnolence.

La sieste pendant les heures de travail est encore parfois un sujet tabou en France et plus largement dans la société occidentale (Europe, Amérique du Nord). Alors que c’est déjà une pratique courante dans les pays asiatiques. Dans des pays comme le Japon ou la Chine, le sommeil est considéré comme un besoin naturel, au même titre que la faim. Il n’est donc pas rare de voir des personnes s’endormir quelques minutes sur un banc dans la rue ou faire la sieste dans leur entreprise. La sieste est d’ailleurs inscrite comme un droit dans la Constitution de la Chine, et au Japon, elle est obligatoire dans certaines sociétés.

La somnolence de début d’après-midi est naturelle. Selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, près d’un Français sur cinq avoue s’être déjà assoupi en cachette sur son lieu de travail. Les médecins qui travaillent sur le sommeil sont unanimes pour dire qu’il vaut mieux accompagner cette fatigue passagère plutôt que de lutter contre. La sieste est donc un besoin.

La sieste au travail chez Google

La sieste au travail, une pratique habituelle pour les salariés de Google

Plusieurs études montrent que les salariés reposés sont plus efficaces et augmentent ainsi leur productivité dans l’entreprise. En Europe et en France en particulier, le principal frein à la sieste au travail est l’image négative qu’elle renvoie. Elle est souvent associée à la fainéantise, à la paresse ou à la procrastination. Alors qu’au contraire, elle devrait être perçue comme un bienfait qui va améliorer la concentration et augmenter l’efficacité du salarié.

De nombreuses sociétés des deux côtés de l’Atlantique s’intéressent de près à la sieste au travail. Aux Etats-Unis, l’exemple de multinationales comme Google ou Nike est souvent mis en avant. Ces entreprises ont installé des salles de sieste ou des espaces de relaxation dans leurs locaux. Et plus généralement, le concept de « power nap » (sieste revitalisante) commence à connaître un certain succès. Cette sieste revigorante est de courte durée (10 à 20 mn). Il s’agit de la première phase du sommeil (sommeil lent et léger), avant de rentrer dans le sommeil profond. Cette sieste est souvent la plus adaptée dans le monde du travail. Elle permet d’améliorer la vigilance, la mémoire et les performances, tout en diminuant le stress et les risques d’accident. Cette sieste courte peut être aussi un complémentant de sommeil en cas de courte nuit.

Pour la France, les entreprises Orange, Novius, Léa Nature ou encore PWC sont également cités pour leurs avancées dans le domaine de la sieste. Cette tendance est d’ailleurs en train de se développer progressivement dans l’Hexagone. Selon une enquête du cabinet Robert Half, près de la moitié des directeurs ou responsables administratifs et financiers sont plutôt favorables à l’instauration d’une sieste de moins de 20 minutes sur le lieu de travail. Une société s’est même spécialisée sur ce créneau. Elle propose différents ateliers et conférences sur la sieste et le sommeil et elle aide les entreprises à aménager des espaces de relaxation et de repos (www.sixta.fr).

En dehors de la sieste revitalisante (10 à 20 mn), il est possible également de pratiquer une sieste flash. Cette très courte sieste, de moins de cinq minutes, est avant tout un moment de détente, les yeux fermés. Il n’y a pas de sommeil, même léger. Pour faire ces deux sortes de siestes au travail, il est recommandé de trouver un endroit calme, protégé de la lumière vive et du bruit. Vous pouvez alors vous détendre dans un fauteuil ou au sol sur un gros coussin confortable. Pour terminer cette pause, il faut s’étirer en douceur, se passer de l’eau fraîche sur le visage, boire un grand verre d’eau et s’exposer à la lumière du jour.

Si vous devenez accro à la sieste, vous pouvez également la faire le week-end. Et pourquoi pas faire un cycle de sommeil entier (1 heure et demi) ? Cela vous permettra d’évacuer encore plus le stress accumulé dans la semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *