/

19 décembre 2013

Sommeil des enfants : il y a pire que se coucher tard !

Publié par

Les enfants qui vont au lit à des heures irrégulières courent un plus grand risque d’avoir des troubles du développement et du comportement, selon une recherche britannique publiée dans la revue américaine PEDIATRICS.

Pire que se coucher tard, se coucher tantôt tôt tantôt tard. « Ne pas avoir des heures fixes pour se coucher revient à créer un état physique et mental chez les enfants similaire à celui résultant du décalage horaire (…), ce qui est néfaste pour un développement sain et fonctionner quotidiennement », explique le professeur Yvonne Kelly, épidémiologiste à l’University College London (UCL), principal auteur d’une étude britannique publiée lundi dans la revue américaine PEDIATRICS.

Selon ces chercheurs, l’irrégularité des heures de coucher peut perturber les cycles naturels de l’organisme et provoquer un manque de sommeil qui risque d’affecter le développement du cerveau et la capacité de contrôler certains comportements. « Nous savons que les premières années du développement de l’enfant ont une profonde influence sur sa santé et son bien-être durant toute sa vie », rappelle le Dr Kelly. « Des perturbations du sommeil, surtout si elles se produisent à des moments clé du développement peuvent avoir des conséquences importantes sur la santé durant toute la vie », ajoute-t-elle.

Les auteurs ont analysé des données sur les habitudes de sommeil de plus de 10.000 enfants au Royaume Uni de trois, cinq et sept ans, ainsi que des enquêtes sur leurs comportement menées auprès de leurs mères et de leurs professeurs. L’étude a établi un lien clinique et statistique très clair entre les horaires irréguliers de coucher et les problèmes de comportement des enfants résultant de perturbations de leurs rythmes circadiens, dues au manque de sommeil qui affecte le développement du cerveau. Les horaires irréguliers pour aller au lit étaient plus fréquents dans le groupe des enfants de trois ans, au sein duquel un enfant sur cinq se couchait à des heures variables chaque jour. Mais à sept ans, plus de la moitié des enfants de l’étude allait au lit de façon régulière entre 19h30 et 20h30.

Les enfants avec des heures irrégulières de coucher ou qui allaient au lit après 21h venaient le plus souvent de familles socialement désavantagées, un facteur qui a été pris en compte dans la recherche, notent les chercheurs. « Il semblerait que les effets néfastes d’habitudes irrégulières pour se mettre au lit sont réversibles », relève toutefois le professeur Kelly, qui préconise que les pédiatres et les autres personnels médicaux contrôlent les problèmes de sommeil irrégulier dans le cadre des examens de routine. Bref, au lit à 20h et ensuite, c’est « l’heure des parents ». Source : MyTF1news par SL avec AFP- octobre 2013

Les commentaires sont fermés.